Choisir son assurance obsèques

 

Un décès est un événement douloureux pour les proches, et les frais imprévus liés aux funérailles ne vient pas améliorer la chose. Souscrire une assurance obsèques présente l’intérêt de soulager le défunt et ses proches au niveau financier, ces derniers étant déjà accablés par cette épreuve malvenue. Il existe deux types deux contrats obsèques, fonctionnant différemment : les contrats en capital et ceux en prestations personnalisées.

Les contrats en capital

Les contrats d’assurance sous forme de capital représentent la majeur partie des formules souscrites en France et sont les plus simples. Leur fonction est de garantir une somme d’argent versée au moment du décès de l’assuré à ces proches bénéficiaires qu’il aura désignés auparavant. Le capital devra exclusivement servir à financer l’organisation des funérailles du souscripteur. S’il s’avère qu’une somme excède le coût des obsèques, alors elle pourra être utilisée selon les souhaits de ses bénéficiaires.

Les contrats en prestations personnalisées

Dans ce type de contrat, le souscripteur choisit l’organisation de ses funérailles (choix des pompes funèbres, type de cérémonie, de cercueil…) ainsi que son financement. Selon ses volontés, tout peut être réalisé suivant un devis précis. Le bénéficiaire, dans cette situation, sera alors un opérateur funéraire qui sera tenu de respecter les conditions stipulées dans la « convention obsèques ».

Prêtez attention aux détails

Les sociétés funéraires usent de certaines combines sur les prestations. La loi étant floue sur les conséquences d’une hausse des prix des prestations funéraires plus rapide que les devis, l’opérateur funéraire n’est pas forcé de prendre en charge la différence, ce qui fait que les héritiers peuvent avoir à payer la somme complémentaire. Pour éviter cette situation, il faut alors demander à l’opérateur de se contenter de la somme convenue.

Le délai de carence (période entre la signature et la date d’effet du contrat) n’est pas à négliger : celui-ci peut durer de nombreux mois, voire deux ans. Dans le cas d’un décès suite à une maladie pendant cette durée, la garantie n’interviendra pas et les primes versées seront remises au bénéficiaire.

Aborder le sujet de son propre décès avec ses proches est une chose difficile. Pourtant, il est important de se lancer, afin que les personnes désignées comme bénéficiaires en soient informées dès la souscription et puissent mettre en œuvre l’assurance obsèques.

Aller à la barre d’outils