25% des familles françaises optent pour des funérailles civiles qui manquent pour elles de solennité

Il n’y a pas d’obligations de rites et de cérémonies funéraires civiles.

Certains protocole, son établi :

Veillée du défunt par la famille et les amis

Visite au domicile du défunt

Suivi du corbillard à pied

Ne pas passer deux fois par le même chemin en se rendant au cimetière

Arrêt parfois devant la mairie

Cercueil exposé au cimetière pour un dernier hommage

Prise de parole parfois d’une personne.

Cependant, un dernier hommage peut-être rendu au funérarium qui accueille le défunt jusqu’à son départ pour le cimetière ou le crématorium. Les familles, les proches et connaissances viennent se recueillir pendant quelques minutes, plusieurs heures, au cours d’une veillée, dans un petit salon.

Ce moment entre le décès et les obsèques est très important : il permet à chacun de prendre congé du défunt et de commencer le travail de deuil, avant que celui-ci n’ait été mis en bière. Le défunt est donc encore présent en tant que personne, la relation et le lien physique n’ont pas encore été interrompus même par la présence du cercueil.

Le jour des obsèques, une cérémonie civile peut se dérouler au funérarium ou au crématorium pour apporter un peu plus de solennité. Souvent, pendant que l’assistance prend place dans la salle, une musique d’introduction est diffusée jusqu’à ce que le cercueil, la famille et les proches soient entrés à leur tour. Ensuite un maître de cérémonie peut lire un texte ou un poème choisi avec la famille et l’assistance peut défiler devant le cercueil sur un fond musical. Le convoi est formé soit au départ du domicile, de l’hôpital, à pieds ou en voiture selon la distance à parcourir, les usages locaux et les volontés de chaque famille.

Dès l’arrivée du corbillard au cimetière, les invités prennent place à la suite de la famille, le cortège va ensuite jusqu’à la sépulture. Le cercueil est exposé ou inhumé directement dans la tombe. La famille s’incline, dépose sur le cercueil une fleur. Des prises de paroles peuvent avoir lieu.

Dernière étape avant ou après la mise en terre : les condoléances si la famille le souhaite. Les participants viennent alors rassurer les proches.

Un registre permet également à chacun de s’exprimer en laissant si possible ses coordonnées ou une carte de visite afin que la famille puisse répondre ultérieurement. Un repas pris en commun peut être une bonne façon d’échanger des anecdotes sur le défunt.

Laisser un commentaire